Stèle en hommage à 3 combattants FTPF, lieu-dit "Neuillay-les-Bois, Buzançais (Indre)

Légende :

Stèle en hommage aux 3 combattants FTPD, Georges Dreyfus, Raymong Guesnier et Jules Fleurion, tombés le 30 août 1944 pour que vive la France, située route de Châteauroux, à la sortie de Buzançais (Indre)

Genre : Image

Type : Stèle

Source : © ANACR Indre Droits réservés

Détails techniques :

Montage d'après photographies numériques en couleur.

Date document : 1947

Lieu : France - Centre - Indre - Neuillay-les-Bois

Ajouter au bloc-notes

Analyse média

Construite en 1947 grâce au financement accordé par le COSOR, la stèle se situe route de Châteauroux, dans un virage, à la sortie du bourg, à gauche.


ANACR Indre.

Contexte historique

Les trois hommes circulent dans une traction. Venant de Châtauroux, ils doivent rejoindre une colonne FTP dans le secteur de Saint-Gaultier. A Neuillay-les-Bois, ils tombent sur un convoi allemand. Le chauffeur tente de faire demi-tour, mais en vain. Il sera retrouvé carbonisé dans la voiture qui avait pris feu. Ses deux camarades seront tués.

Georges Dreyfus, juif français, ingénieur chimiste antifasciste, s'était engagé dans les Brigades internationales. A son retour en France, après la défaite de la République espagnole, il travaille au Palais de la Découverte à Paris. En juillet 1940, il rejoint sa femme Georgette dans l'Indre, où l'exode l'a conduite. Le couple séjourné 44, rue Rollinat, à Châteauroux.
En 1941, Georges devient secrétaire départemental de l'Union générale des israélites de France (UGIF). Arrêté par la gendarmerie, il connaîtra durant six mois les prisons de Châteauroux et de Limoges.
Libéré le 19 octobre 1943, il deviendra l'un des principaux organisateurs du Front national dans l'Indre, que préside le pharmacien Roger Cazala. Recherché par la Gestapo, il est contraint à la clandestinité. Après le débarquement du 6 juin 1944, il devient le Lieutenant Paul des FTP. (1)

 

Raymond, Jean, Ernest, André Guesnier (2)

Né le 11 novembre 1914 à Châteauroux (Indre), exécuté sommairement le 30 août 1944 à Neuillay-les-Bois (Indre) ; chauffeur ; FFI.
Fils de Julien Guesnier et de Pauline Ménigol ; Raymond Guesnier était chauffeur et marié à Elisabeth Parmaci, domicilié 57 rue de l’Indre à Châteauroux ; membre des Forces françaises de l’Intérieur (FFI). Au retour d’une mission en Brenne, il tomba sur un groupe d'Indiens, encadré par les Allemands de la colonne Elster et fut tué vers midi au bourg de Neuillay-les-Bois, avec Georges Dreyfus. « Mort pour la France ». Déclaration de décès le 13 septembre de Ludovic Chaudron, Colonel, demeurant à Neuillay-les-Bois.

 

Jules, Joseph, Ernest Fleurion (3)
Né le 23 octobre 1902 à Rosnay (Indre), exécuté sommairement le 30 août 1944 à Neuillay-les-Bois (Indre) ; maçon ; FFI. Fils d’Ernest Fleurion et de Joséphine Marie Perrin ; Jules Fleurion était maçon, marié à Clarisse Renault, domicilié à Châteauroux (Indre) ; membre des Forces françaises de l’Intérieur (FFI). Au retour d’une mission en Brenne, il tomba sur un groupe d'Indiens, encadré par les Allemands de la colonne Elster et fut tué vers midi au bourg de Neuillay-les-Bois, avec Georges Dreyfus. « Mort pour la France ». Déclaration de décès le 13 septembre de Ludovic Chaudron, Colonel, demeurant à Neuillay-les-Bois. 


(1) ANACR Indre.

(2 et 3) Auteur : Michel Gorand pour le Dictionnaire des fusillés, biographies de Raymond Guesnier et de Jules Fleurion.

Sources :
(2) n° 13 du registre des décès de Neuillay-les-Bois.
Combats des maquisards Indre été 1944, ANACR Indre, 2012. 

(3) n° 14 du registre des décès de Neuillay-les-Bois.
Combats des maquisards Indre été 1944, ANACR Indre, 2012.