Emile Laureillard

Légende :

Emile Laureillard, adjoint au chef militaire régional de Libération-Nord pour la sous-région P3 (Aube, Yonne, Nièvre) puis, responsable départemental pour Libération-Nord en mars 1944

Genre : Image

Type : Photographie

Source : © Archives Musée de la Résistance Auxerre Droits réservés

Détails techniques :

Photographie analogique en noir et blanc.

Lieu : France - Bourgogne - Yonne

Ajouter au bloc-notes

Contexte historique

Emile Laureillard est né le 10 mai 1913 à Is-sur-Tille (Côte-d'Or). Militaire de carrière, il est sergent-chef au 4e régiment d'infanterie lorsqu'il est fait prisonnier en 1940. Il est libéré sanitaire du Stalag 1B en 1942.           

Dès son retour de captivité, il entre dans la Résistance et organise en juin 1943, à Auxerre, le service de liaison de l'état-major du mouvement Libération-Nord. Il effectue à ce titre de nombreuses missions délicates dans l'Yonne.           

En décembre 1943, il est nommé adjoint au chef militaire régional de Libération-Nord pour la sous-région P3 (Aube, Yonne, Nièvre). Responsable départemental pour Libération-Nord en mars 1944, il est nommé capitaine en mai 1944, puis chef du Deuxième Bureau de l'état-major FFI de l'Yonne.

Adjoint de Jean Chapelle (" Verneuil "), il reçoit la mission de constituer un puissant maquis dans la forêt d'Othe. Il crée le maquis Horteur près de Chailley, mais ce maquis est attaqué le 23 juin. Emile Laureillard participe ensuite au regroupement des Iles Ménéfrier.           

Le 2 août 1944, il est en mission dans la région de Chablis lorsqu'il tombe dans une embuscade. Grièvement blessé, il est conduit à la prison d'Auxerre. Malgré les tortures, il ne parle pas. Le 15 août, il est conduit à Merry-sur-Yonne, abattu d'une balle dans la nuque et précipité du haut des rochers du Saussois dominant l'Yonne. Son corps, non identifié jusqu'en 1946, sera retrouvé le 17 août par Roger Pierdon, cantonnier SNCF.


Jean-Claude Pers, "Emile Laureillard" in CD-ROM La Résistance dans l'Yonne, AERI, 2004.
Renseignements communiqués par Martin Futter le 1er septembre 2015.