Stèle à la mémoire de Georges Marsault, Saint-Loup-Lamairé (Deux-Sèvres)

Légende :

Stèle située Cours Georges Marsault, à proximitié du pont à l'entrée de Saint-Loup-Lamairé.

Genre : Image

Type : Stèle

Producteur : G. Chaillaud

Source : © Collection G. Chaillaud Droits réservés

Détails techniques :

Photographie numérique en couleur

Date document : Décembre 2017

Lieu : France - Poitou-Charentes - Deux-Sèvres - Saint-Loup-Lamairé

Ajouter au bloc-notes

Contexte historique

Après le débarquement allié du 6 juin 1944 en Normandie, les Allemands sont nerveux. Ils sont de plus en plus souvent harcelés et attaqués par les maquisards. Le 14 août 1944, un groupe de soldats allemands revenant de la laiterie de Saint-Loup est attaqué devant le château par un groupe de résistants de Parthenay sortant du garage voisin. L'accrochage fait trois morts et plusieurs blessés chez l'occupant. Les Allemands prennent la fuite le long de la voie ferrée, abandonnant leur véhicule. Mis en alerte, le groupe de Rémi Loubeau, redoute des représailles. Il se tient prêt à intervenir, occupant deux postes de surveillance aux entrées du village. Vers 23 h, le signal est donné : une colonne de plusieurs véhicules allemands, occupés par 50 à 60 soldats, fait route vers Saint-Loup, tous feux éteints. Rémi Loubeau engage le combat avec ses hommes. L'accrochage a lieu au niveau du pont du Cébron à l'entrée du village. Il est d'une extrême violence et dure une demi-heure. Les Allemands ripostent par un feu nourri, une mitrailleuse arrose les maquisards, des grenades explosent. Mais devant la détermination des résistants locaux, les Allemands se retirent ramassant une quinzaine de tués et blessés. Dans les rangs français, Georges Marsault, un jeune résistant de 23 ans est tué, plusieurs de ses camarades sont blessés.


Extrait de "Le village de Saint-Loup sauvé par les résistants", La Nouvelle république, 14/08/2014 (voir en ligne)