Veuillez activer votre plugin flash player

La solidarité de la population locale

Légende :

Témoignage de madame Bouvart extrait du documentaire « Eysses, une prison dans la Résistance » (Amicale d'Eysses / IFOREP).

Genre : Film

Type : Témoignage filmé

Producteur : Amicale d’Eysses / IFOREP

Source : © Association nationale pour la mémoire des résistants et patriotes emprisonnés à Eysses Droits réservés

Détails techniques :

Durée totale : 52 minutes. Durée de l'extrait : 59 secondes.

Date document : 1987

Lieu : France - Nouvelle-Aquitaine (Aquitaine) - Lot-et-Garonne - Villeneuve-sur-Lot

Ajouter au bloc-notes

Analyse média

Le film retraçant l'histoire d'Eysses est décidé lors du 40ème congrès en 1985 pour donner un contenu plus historique que celui du livre édité précédemment. Le film tourné à Villeneuve-sur-Lot et à Eysses en février 1986, sort en janvier 1987, sous le titre « Eysses, une prison dans la Résistance ». Il retrace en cinquante deux minutes les victoires remportées dans la prison, le grand dessein : l'évasion du 19 février et son échec, ce qu'était l'esprit d'Eysses, fait de tolérance, de civisme, d'abnégation, tout en le replaçant bien dans le contexte.

Le témoignage de madame Bouvart est recueilli par Anna Dupuis-Defendini sur le pont des Cieutats, en plein centre-ville de Villeneuve-sur-Lot. En arrière-plan, nous apercevons la halle couverte du marché de Villeneuve. Le lieu choisi pour filmer cet entretien est important puisqu’il symbolise à lui seul le ravitaillement alimentaire.
Dans son témoignage, madame Bouvart évoque essentiellement le rôle joué par son mari, Gérard Bouvart, responsable du mouvement Libération à Villeneuve-sur-Lot. Menuisier, Gérard Bouvart profite de sa profession pour avoir accès à l’atelier de menuiserie de la Centrale en tant que représentant en scies à ruban. Cet accès lui est facilité par l’économe de la Centrale, monsieur Fougeroux, lui-même résistant. Grâce à la solidarité de la population locale, Gérard Bouvart parvient à faire pénétrer dans le Centrale de nombreux colis contenant des denrées alimentaires et du tabac. C’est également lui qui fera entrer des mitraillettes et des grenades dans la prison.

Retranscription :
"Avec mon mari, nous faisions partie d’un mouvement de résistance qui nous avait conseillé de prendre contact avec des personnalités sur Villeneuve-sur-Lot pour nous occuper des détenus, des patriotes d’Eysses qui étaient là et d’essayer de voir ce que nous pouvions faire pour eux.
La prise de contact s’est faite par l’intermédiaire de monsieur Fougeroux qui était économe de la Centrale d’Eysses et qui était lui-même résistant et qui nous a facilité la tâche. Et mon mari avait accès en tant que représentant de scies à ruban à l’atelier de menuiserie.
Nous sommes allés dans les campagnes où nous avons pu faire un abattage clandestin avec les paysans des alentours. Nous avons pu avoir ce qu’il fallait pour faire des colis. Nous leur avons mis de la viande, du tabac, du vin, des gâteaux, du pain.
[Donc les paysans de la région vous ont beaucoup aidés ?] Les paysans de la région nous ont beaucoup aidés." (témoignage de madame Bouvart).


Auteur : Fabrice Bourrée

Contexte historique

Lorsqu'arrivent à Eysses les convois massifs de politiques en octobre 1943, le contact est pris par les responsables des détenus avec la Résistance extérieure et principalement Gérard Bouvart. Les gardiens résistants qui sont pour la plupart également des habitants de Villeneuve, servent d'agents de liaison. Le premier rapport adressé par le Comité directeur des détenus est sorti de la prison par le surveillant Blondel qui le remet à Patat, cheminot alsacien ; d'autres suivent, écrits à l'encre sympathique et camouflés dans un briquet truqué sorti par G. Dumas, chef d'atelier à la centrale et résistant. Les relations n'en restent pas à l'échange de billets et quelques semaines après leur arrivée, Gérard Bouvart est présenté à l'économe comme marchand de bois et articles pour machines à bois ; après son accréditation comme fournisseur officiel de la Centrale, il est donc mis en relation avec le chef de l'atelier de la menuiserie, Gaston Dumas. G. Bouvart témoigne avoir pu s'entretenir directement avec les deux délégués des détenus, Fuchs et Auzias, grâce à la complicité de l'économe et de quelques surveillants, dans un grenier au dessus de l'atelier de menuiserie de la centrale. Les relations entre les détenus et la résistance extérieure sont donc établies très rapidement ; les demandes des détenus portent immédiatement sur le ravitaillement mais également sur l'aide à la réalisation d'un plan d'évasion. 

La plupart des actions de solidarité sont collectives, et organisées par le mouvement local Libération. D'après plusieurs témoignages de Villeneuvois ayant participé à la collecte, dont ceux essentiels de monsieur Bouvart et de sa femme, la population répond dans l'ensemble positivement aux sollicitations, par sympathie envers les résistants emprisonnés.  ; nous sommes alors à l'automne 1943 et l'attentisme de sympathie envers la Résistance grandit avec les défaites allemandes. Les Comités d'action paysanne sont bien implantés dans une région rurale, qui, en ces temps de pénurie, fait figure de privilégiée, étant donné la variété des ressources locales maraîchères et fruitières qui permet de compenser en partie la raréfaction des denrées contingentées. La collecte s'avère efficace, aussi bien en argent qu'en nature grâce au dévouement de personnalités qui utilisent leur réseau local de relations, comme le médecin ORL, Jacques Guttières, ou  madame Brun, boulangère de la ville, qui permet d'utiliser son arrière-boutique pour la confection des colis. Même les responsables du Secours national de Villeneuve (organisme pourtant officiel), deux antifascistes allemands se faisant passer pour un couple de réfugiés alsaciens (Alfred Robus et Paula Goeppl) vont apporter leur aide.Les journaux clandestins et les lettres de détenus attestent de l'importance des envois de vivres, confirmés par le témoignage de l'économe monsieur Fougeroux. D'après Gérard Bouvart et monsieur Guttières, chaque semaine, vingt cinq colis de dix kilos sont envoyés à Eysses avec l'autorisation du directeur, ils sont adressés à des détenus désignés à tour de rôle parmi les plus nécessiteux par le Collectif. La générosité des habitants est efficacement complétée par l'aide financière des MUR de la région (Mme Lebon) transmise à Gérard Bouvard par Paulette Amigas (nom de résistance : Colette - mouvement Combat), qui utilise les moments de parloir (son mari est incarcéré à Eysses) pour établir un lien avec les emprisonnés.

Paul Cluzeau (du groupe-franc Raymond) fournit les tickets de rationnement pour les denrées contingentées et met en contact Gérard Bouvard avec l'épicier en gros monsieur Goudounèche, alias « intendant Auriol », du mouvement Combat (et futur président du Comité départemental de libération du Lot et Garonne) ; en échange de tickets volés, il remet la marchandise et joue un rôle essentiel dans le ravitaillement de la centrale à partir d'octobre 1943. Maurance (Front national de lutte de Villeneuve sur Lot) est alors chargé du suivi, de l'acheminement, du ravitaillement collecté pour les détenus qu'il centralise. Le groupe peut compter sur un allié de poids du côté de l'Administration pénitentiaire : l'économe monsieur Fougeroux et son chauffeur qui permettent l'entrée des vivres dans la centrale ; les caisses de vivres étant dissimulées dans le camion de la Centrale.

Cet important réseau de ravitaillement a pu s'appuyer sur la générosité et la solidarité de la population de la région. Au-delà même de l'aide alimentaire, de nombreux habitants de Villeneuve sur Lot (et notamment du quartier d'Eysses) se sont mobilisés avec beaucoup de courage pour soutenir et accompagner les détenus et leurs familles.  


D'après les ouvrages : Corinne Jaladieu, La prison politique sous Vichy. L’exemple des centrales d’Eysses et de Rennes, L’Harmattan, 2007. Amicale des anciens d'Eysses, Eysses contre Vichy, 1940-..., Tiresias, 1992.

Autres sources : Archives nationales, 72AJ282, AII1, Rapport de Gérard Bouvart chef du mouvement Libération de Villeneuve sur Lot, sur l’activité de ce mouvement depuis sa formation. Jacques Guttières, Le chemin du maquis. Villeneuve-sur-Lot, Ain, Jura, journal de marche d'un médecin, Paris, Raynaud, 1972.