Portrait du général Patch commandant la 7th Army

Légende :

Alexander Patch a été un des grands chefs de l'US Army sur le front européen et dans le Pacifique.

Genre : Image

Type : Photo

Producteur : photo US Army

Source : © Archives US Army Droits réservés

Détails techniques :

Photographie noir et blanc argentique.

Date document : 1944

Ajouter au bloc-notes

Analyse média

La photo a été prise lors de la remise de la médaille d’Honneur du Congrès au soldat Eddie Murphy en Alsace.



Contexte historique

Le général Patch a été chargé de prendre la direction de la Force 163, nom de guerre du groupe de planification de l'opération Anvil jusqu'en juillet 1944, date à laquelle les planificateurs de la 7th US Army quittèrent Alger et Oran pour Naples. En août 1944, Patch a 54 ans. Il est né le 23 novembre 1889 à Fort Huachura (Arizona). Sorti de West Point en 1913, comme George Patton, il participe à la Première Guerre mondiale à partir de juin 1917 comme capitaine. Il commande un bataillon de mitrailleurs de la Première division et combat notamment à Saint-Mihiel et en Argonne. Après une période pendant laquelle il occupe différents postes d'enseignement dans des écoles et des académies militaires, Patch est choisi par le général Marshall pour diriger une Task Force (groupement de forces à caractère temporaire) dans le Pacifique Sud. Il prend le commandement des forces états-uniennes à Guadalcanal en décembre 1942, succédant au général de Marines Vandergrift. Avec le 16e Corps, composé d'une division de Marines et de deux divisions de l'armée de terre, il réussit à chasser les derniers défenseurs japonais en février 1943. Ses succès lui valent les Distinguished Service Medals de l'armée et de la Marine pour "services méritoires exceptionnels". Il revient aux États-Unis entraîner des troupes pour la lutte dans le désert puis est nommé par Marshall, avec l'accord de Devers, à la tête de la 7th US Army


Dans ses Mémoires, son subordonné, le général Truscott, nous le décrit ainsi lorsqu'il le rencontre pour la première fois en juin 1944 : "Il était mince et sec, habillé sobrement et aux manières directes, incontestablement très intelligent et avec une pointe d'humour écossais. Son élocution rapide et presque saccadée me donna l'impression qu'il était nerveux et qu'il avait quelque difficulté à s'exprimer. Je n'ai jamais changé d'avis à l'égard du général Patch. Je l'ai toujours considéré avec respect comme un homme d'une intégrité exemplaire, un chef courageux et compétent et un camarade d'armes généreux."

Le général de Lattre de Tassigny rappelle le jour où, à Alger, Patch avait cru le plan Anvil annulé au profit de la variante de l'Adriatique. Le général américain lui avait dit : "Ah ! Général, nous n'avons plus grand-chose à faire". Puis, après un silence, "We must pray " [nous devons prier]".
Le général de Lattre ajoute : "Cet homme sensible qui parlait de sa femme avec tendresse et chérissait son fils, destiné à tomber glorieusement dans les Vosges en novembre 1944, était aussi un chef solide, d'une haute et claire intelligence, d'une exceptionnelle fermeté d'âme. Les plans qu'il arrêta étaient conçus avec une parfaite sagesse."

Le général Patch, homme modeste, de relations directes, s'est attiré le respect de ses collègues, au cours de la préparation de l'opération Anvil, par son leadership calme et ferme à la fois. Ce soldat était plus à l'aise avec son propre état-major et ses troupes qu'avec les personnes de l'extérieur et moins concerné par les prérogatives de commandement que par le souci de voir le travail bien réalisé.

Le général Patch confie au 6th USAC (6e corps d'armée US), constitué de trois divisions, la tâche de débarquer en premier et d'établir une tête de pont avant le débarquement des divisions françaises de l'Armée B de De Lattre.


Auteurs : Pierre Balliot
Sources Balliot Pierre, Le Chaudron, bataille dite de Montélimar, édition par l’auteur, 2007.