Stèle érigée par l'ANCVR de l'Indre, lieu-dit "La Girauderie", à Lureuil (Indre)

Légende :

Stèle en hommage à Lucien Brunet et Albert Bricault, morts pour la France le 30 août 1944, érigée par l'ANCVR de l'Indre, lieu-dit "La Girauderie", à Lureuil (Indre)

Genre : Image

Type : Stèle

Source : © ANACR Indre Droits réservés

Détails techniques :

Montage d'après photographies numériques en couleur.

Lieu : France - Centre - Indre - Lureuil

Ajouter au bloc-notes

Analyse média

Une cérémonie commémorative se tient devant cette stèle chaque année, le matin du dernier dimanche d'août.


ANACR Indre.

Contexte historique

Le 29 août 1944, au matin, le groupe de Guy de Brecey de l’A.S, composé de 40 résistants, reçoit l’ordre du colonel Surcouf, de neutraliser la route de Tournon-Saint-Martin à Lureuil pour ralentir l’avance des troupe nazies.

Le groupe commandé par Marcel Beauvais  prend position au lieu-dit "Pazereux". Chaque maquisard possède une mitraillette, mais le groupe possède également six fusils mitrailleurs et trois bazookas.

Dans la soirée, le colonel américain Obolenski vient voir le dispositif de l’attaque et annonce un renfort de 20 Canadiens pour l’après-midi du 30 août. La nuit du 29 au 30 août est très calme.

Le 30 août vers 15 h 30 le général Taglishbeck adresse un ultimatum ordonnant la libération de la route avant minuit. Le chef de groupe Marcel Beauvais refuse.

Le 30 août à minuit, une avant-garde de la colonne ennemie arrive à Pazereux, elle est composée de 8 à 10 cyclistes. Ils sont aussitôt attaqués et refoulés : plusieurs sont tués. D’autres nazis arrivent et engagent le combat qui devient vite très dur, puis l’artillerie ennemie entre en action.

La situation devient intenable, d'autant qu’une tentative d’encerclement par les occupants prend forme.

A 2 h 30 du matin, le 31 août,  l’ordre de décrocher est donné, il n’y aura que deux blessés légers parmi les résistants.

Malheureusement, une heure plus tard, un aspirant accompagné de trois maquisards de retour d’une mission de sabotage arrivent au cantonnement et entendent la fusillade. Ils décident de venir en aide à leurs camarades mais arrivent après le départ de ces derniers de Pazereux et se retrouvent face aux nazis. Le chauffeur de la voiture sera tué sur le coup, un autre blessé à la jambe sera achevé en se sauvant à travers champs, tandis que les deux autres réussissent à échapper aux Allemands.

Bricault et Brunel seront les deux seuls à trouver la mort dans cet accrochage.


ANACR Indre.