Veuillez activer votre plugin flash player

Serge Ravanel parle de Montoire

Légende :

L'entrevue de Montoire est la rencontre qui eut lieu le 24 octobre 1940 entre le maréchal Pétain et Adolf Hitler dans la gare de Montoire-sur-le-Loir (Loir-et-Cher).

Genre : Film

Type : Témoignage filmé

Producteur : Alain Vincent

Source : © Archives Alain Vincent Droits réservés

Détails techniques :

Durée : 03 :04 :23 - Extrait : 00 :01 :34 - Interviewer : Alain Vincent - Lieu : Paris - Date : 18/11/03<

Lieu : France - Ile-de-France - Paris - Paris

Ajouter au bloc-notes

Contexte historique



L'entrevue de Montoire est la rencontre qui eut lieu le 24 octobre 1940 entre le maréchal Pétain et Adolf Hitler dans la gare de Montoire-sur-le-Loir (Loir-et-Cher, France). Elle avait été longuement préparée par la rencontre du ministre des Affaires étrangères français, Pierre Laval, avec l'ambassadeur d'Allemagne, Otto Abetz, puis avec Hitler et Ribbentrop, deux jours auparavant au même endroit : elle devait poser les bases d'un dialogue entre la puissance occupante et le gouvernement. La veille du 23 octobre, à Hendaye près de la frontière hispano-française, Hitler avait eu une entrevue avec le général Franco dans le but d'entraîner l'Espagne dans la guerre.

Les débats se déroulèrent dans le wagon personnel du Führer, après qu'une poignée de main fut échangée sur le quai de la gare entre lui et Pétain. Aucun compte rendu officiel de ces débats ne fut publié, mais on sait que seul le principe de la collaboration fut établi sans qu'aucun engagement ne soit pris d'aucune part. Il est d'ailleurs important de souligner que cette entrevue intervint en même temps que les débats de la commission d'armistice entre la France et l'Allemagne, tout en étant totalement distincte.

Cette entrevue fit les gros titres de la presse française et fut le sujet d'un discours radiodiffusé du chef de l'État français le 30 octobre 1940, où Pétain s'efforça de montrer qu'une nouvelle ère s'ouvrait pour la France : de nation vaincue, elle devait selon lui accéder à un statut respectable en devenant le partenaire du vainqueur, dans le cadre du nouvel ordre européen dicté par l'Allemagne nazie. Par ce discours radiodiffusé, Pétain engage personnellement et officiellement le régime de Vichy dans la collaboration.

Montoire a par la suite pris une dimension symbolique comparable à l'Appel du 18 Juin du général de Gaulle. Dans la mémoire collective française, la photographie de De Gaulle lisant son injonction à poursuivre le combat au micro de la BBC s'oppose à celle de la poignée de main entre Pétain et Hitler. Ces deux documents ont atteint le statut de symboles en fixant des moments-clés de l'Occupation, soulignant la dimension fondatrice des événements en cause : respectivement, la poursuite de la lutte aux côtés de la Grande-Bretagne et l'organisation de la collaboration avec l'Allemagne.

  Serge Ravanel Discusses Montoire

On October 24th, 1940, Maréchal Pétain and Adolf Hitler met for the first time at the train station in Montoire-sur-le-Loir (Loir-et-Cher). The meeting had taken weeks of preparation, organized by the French Foreign Minister, Pierre Laval, and the German Ambassador, Otto Abetz. Two days before, Hitler and Ribbentrop finalized the plans. The goal of the meeting was to discuss how the French government would work with the occupying power, Germany. The day before, on October 23rd, Hitler met with General Franco in Hendaye, on the French-Spanish border, to convince him to join Germany's side in the war.

After shaking hands on the station platform, Pétain and Hitler discussed France's future in the Führer's private train car. There are no official records of the conversation, but it is clear that the talks revolved around how the collaboration between France and Germany would take shape. It is important to note that that the meeting at Montoire coincided with the discussions about the conditions of the Armistice.

When news of the meeting reached the public, the French press had a field day. In response, Pétain made a speech on the radio on October 30th outlining France's future: he believed France was entering a new era, and as the conquered nation, she had to respect Germany's power; France must become Germany's partner in the new Europe under the Nazi regime. Pétain, in this speech, had officially but also personally agreed to a collaboration between the Vichy government and Nazi Germany.

Montoire would take on a symbolic importance comparable to General de Gaulle's call to the Resistance on June 18th. The image of de Gaulle at the microphone at the BBC rallying his troops and that of Pétain shaking hands with the Führer at Montoire are both etched forever in France's collective memory. Both capture key turning points during the Occupation: one continuing the fight for France in Great Britain, the other handing her over to Germany.


Traduction : Catherine Lazernitz


Sources : François Delpla, Montoire, Les premiers jours de la collaboration, Albin Michel, Paris, 1996, 504 p. Site Internet wikipédia.