Mort de trois résistants à Chabeuil (Drôme) le 22 juin 1944

Légende :

Stèle érigée en mémoire de trois résistants fusillés le 22 juin 1944, située sur la D538 à Chabeuil (Drôme)

Genre : Image

Type : Stèle

Producteur : Alain Collignon

Source : © Cliché A. Collignon Droits réservés

Détails techniques :

Photographie numérique en couleur.

Date document : 2017

Lieu : France - Rhône-Alpes - Drôme - Chabeuil

Ajouter au bloc-notes

Contexte historique

Raoul Debiève, un héros ordinaire

23 juin 1944 : en cette belle fin d’après-midi d’été, au début des vacances scolaires, le petit Bernard Mallen, 10 ans, rentre chez lui, à la perception, un peu en-dessous de l’église de Chabeuil. Le jeune garçon revient à vélo de la campagne où son père l’a envoyé garder des chèvres. En ces temps troublés, mieux vaut mettre au vert les gamins turbulents.
Près de la porte monumentale, Bernard remarque un attroupement. Il voit un jeune homme debout, immobile, dos au mur face à des soldats. Il ne le connaît pas. Il n’est pas de Chabeuil. Un soldat pousse Bernard au milieu du groupe d’habitants rassemblés. Les soldats lèvent leurs fusils. Le jeune homme inconnu crie « Prévenez Sabatier ! Henri Sabatier, le pasteur de Chabeuil ! » Un ordre fuse. Les soldats tirent. Bernard baisse la tête, met sa main devant les yeux, mais voit quand même. Et aujourd’hui, dans sa 83e année, cette scène terrible hante encore sa mémoire. Qui est cet « individu de sexe masculin dont l’identité n’a pu être établie » comme l’écrivit sur le registre d’Etat Civil le garde champêtre Raymond Salin qui poursuit : « signalement : ceinturon d’éclaireur unioniste, petite croix. » Pourquoi son nom ne figure-t-il pas sur la plaque commémorative de la porte monumentale ? Bernard veut réparer cette injustice.
Raoul Debiève, né le 7 février 1921 à Maubeuge voulait devenir pasteur. Son frère Roger, engagé volontaire pour la durée de la guerre et Médaille de la Résistance Française, nous a laissé son témoignage. Avant d’entrer en faculté de Théologie, Raoul devait améliorer son niveau scolaire et, depuis octobre 1941, avec son ami Edmond Chazalet, il suivait un cycle d’études, d’abord au Collège Cévenol de Chambon-sur-Lignon, puis à partir d’octobre 1943 à la « Roseraie », une école privée de Dieulefit. Fin mai 1944, Edmond propose à Raoul de venir passer les vacances dans sa famille, aux « Durons », à Combovin.
6 juin 1944 : débarquement en Normandie. Les deux amis s’engagent dans la Résistance. Raoul est affecté au groupe des Radios et Téléphonistes, installé au lieu-dit «Les Grioles» et dirigé par André Mounier, receveur des P.T.T. à Combovin. Le 22 juin, l’aviation allemande pilonne Combovin, faisant 17 morts, puis une colonne allemande précédée de blindés investit le plateau. Les « radios », fidèles à leur poste, sont décimés. André et Raoul, qui n’étaient pas au sein du groupe au moment de l’attaque, descendent au village pour constater les dégâts. C’est alors qu’ils sont surpris par les Allemands. André est abattu. Raoul est emmené prisonnier à Malissard. Le même jour, des maquisards réalisent un coup de main près de Chabeuil. En repartant, ils croisent un véhicule militaire allemand sur la route de Crest. Échange de coups de feu. Trois Allemands sont tués contre deux maquisards. En représailles, le lendemain 23 juin, Raoul 23 ans, ce héros si « ordinaire » est fusillé à Chabeuil. Il est mort pour que nous puissions vivre libres.


Article anonyme « Raoul Debiève, un héros ordinaire », sur le site Internet de Chabeuil-Avenir.