Désobéir au quotidien

Différentes formes de désobéissance, qualifées parfois de « résistance civile » se développent au sein de la société dès l’été 1940, notamment en zone occupée, témoignant qu’une partie de la population ne s’accommode pas de la présence allemande.

Plan de l'expo

Crédits

Partenaires

Une rentrée scolaire et universitaire dans un climat frondeur haut ▲

Le climat dans lequel s’effectue la rentrée scolaire en octobre 1940 témoigne de ces refus de soumission qui gagnent toute une partie de la société française, notamment la jeunesse.

Alors que les autorités allemandes ont interdit toute manifestation à l’occasion de l’anniversaire de l’armistice de 1918, le 11 novembre 1940, des milliers de lycéens et d’étudiants lancent un véritable déf à l’occupant en manifestant sur les Champs-Élysées. L’intervention de la police militaire allemande entraînera plus d’une centaine d’arrestations et plusieurs blessés parmi les manifestants.

Les "Conseils à l'occupé" haut ▲

Dans un contexte d’occupation, des faits et gestes du quotidien totalement anodins en temps normal peuvent prendre une signifcation particulière : doit-on par exemple accepter de répondre à un Allemand ? Dans le Jura, où il s’est réfugié en juin 1940, l’écrivain Léon Werth constate « qu’à chaque contact avec l’Allemand vainqueur, quelque chose, si peu que ce soit, de notre dignité est en cause ». Avec ses Conseils à l’occupé, le socialiste Jean Texcier offre en juillet 1940 un « manuel de dignité » pour éviter de se compromettre.

Des formes variées de désobéissance haut ▲

Sans aller jusqu’à s’engager de façon ofcielle dans une organisation résistante, nombreux sont ceux qui, au quotidien, adoptent des comportements favorables à la Résistance ou à la cause alliée. Assister à l’inhumation d’aviateurs britanniques tombés au-dessus de la France, cacher des armes et du matériel afn qu’ils ne tombent pas dans les mains du vainqueur, aider les soldats alliés qui cherchent à regagner la Grande-Bretagne, secourir les prisonniers de guerre évadés et les personnes persécutées qui cherchent à gagner la zone Sud constituent autant d’exemples de ces comportements qui font basculer dans la désobéissance et l’illégalité. Si elles ne sont parfois que ponctuelles, ces actions n’en sont pas moins décisives pour que les différentes organisations naissantes, notamment les réseaux, puissent trouver les relais nécessaires au sein de la société française pour développer leurs activités de renseignements ou de sauvetage